Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 22:27

Hier, c'était le 14 juillet. 
Hier, la France a pris la Bastille. 
Donc hier, on a eu droit à un feu d'artifice et à un superbe concert gratuit. Normalement, ça aurait dû être la fête et tout, le bonheur, la joie, l'allégresse, la béatitude, l'euphorie, et je suis à court de synonymes.

Mais en fait non.

Déjà, ça commençait mal, car j'avais servi de décorateur d'intérieur l'après-midi chez 7h48 avec quelques rares zélus. Ouais, moi aussi ça me surprend qu'on demande mon aide pour peindre ou coller du papier peint, mais ce sera l'objet d'un autre article (surtout que ça a continué aujourd"hui).

M'enfin du coup, je ne pars que sur les coups de 20h30. Je suis censé rejoindre Kyrieleve, qui elle-même attend plein de monde. Elle est déjà arrivée, elle piaffe, elle veut que je vienne directement au lieu de passer me changer chez moi (parce que bon, j'étais quand même en habits de peinture avec des taches partout, hein). Comme je suis en voiture, ça veut dire se rapprocher de Trocadéro par les petites rue du XVIe.

Evidemment, c'est pas le jour pour ça. Je reste coincé des heures dans les embouteillages avant de finalement me garer sans cérémonie en plein milieu d'un trottoir près de Rue de la Pompe et de me taper près de deux bornes à pied (cf GPS) pour retrouver la Kyri tout en flippant pour ma voiture. Avec autant de flics de sortie, suffirait de pas grand chose pour qu'ils considèrent mon véhicule comme suspect et se décident à le mettre en fourrière ou le faire sauter (la parano me guette).

On est enfin à Trocadéro, les ponts sont fermés. Alors qu'il faut se rendre au Champ de Mars. Et qu'on doit rejoindre Flamèche et sa copine à Bir-Hakeim. Qui est fermée.

On prend donc des métros différents, on se croise, et Kyrieleve et moi descendons à Dupleix pendant que les deux autres arrivent à Passy (ouais, faut suivre). Ca commence bien. De son côté, elle n'a pas non plus de nouvelles de ceux qu'elle devait rejoindre. Tous les réseaux sont saturés, aucun appel ne passe, on communique par textos qui mettent vingt essais avant de passer.

On arrive enfin (à deux, donc) au milieu de la foule grouillante du Champ de Mars. Et quand je dis que ça grouille, c'est peu de mots. On est combien, là ? On piétine, je ne supporte pas ça, finalement je décide de foncer dans la foule en jouant des épaules, pardon, pardon, pardon, ouais, ça sert d'être grand, merde.

Pendant ce temps, sur scène, Polnareff joue des succès aussi contemporains que Marylou ou Ya qu'un ch'veu avec le filet de voix qui lui reste. Devant nous, une gamine s'agite comme une folle sur la musique et piétine le sol, visiblement elle a été élevée à ça, quand je pense que tout le monde nous dit que la jeunesse écoute du rap et de la techno, ben non, ya des gens de 13 ans qui kiffent Polnaref.

Les portables ne passent toujours pas, certains textos arrivent avec 20mn de retard, on abandonne l'idée de rejoindre qui que ce soit et on s'installe tranquillement sur 1m² de terrain qui reste disponible. Une voisine trouve le moyen de râler malgré nos sourires mais bon, visiblement c'est dans son sang car elle engueule un couple de vieux qui l'enjambe, ça va tourner au pugilat, je prends déjà les paris entre la grosse moche et la vieille nerveuse.

Polnareff termine son concert avec "On ira tous au Paradis" et une magnifique dédicace: "je tiens à remercier Nicolas Sarkozy de m'avoir fait jouer ce soir, c'est que du bonheur, avec Sarkozy la France est déjà un peu au Paradis"

...
...
...

Je laisserai à tout le monde le soin de profiter de cette perle de sagesse.

En attendant, il se tait enfin et le spectacle commence. Bon, Kyrieleve a adoré (mais c'est une grande enfant), personnellement je serais plus mitigé. Les explosions ne collaient pas avec la musique, par exemple. J'avais vraiment aimé il y a deux ans, c'était plus sympa. Par contre, les musiques de film genre Chem-Cheminée de Mary Poppins ou la Marche Impériale de Star Wars valaient le détour. Vive Enio Moricone, orthographe approximative.

Mais ce n'est pas le spectacle en tant que tel qui m'a gavé, c'est la suite.

Parce que la suite, c'était un bordel innommable. On avait prévu de sortir après le feu d'artifice mais j'étais quand même pas mal inquiet pour ma voiture et je voulais la bouger. Je pars donc la récupérer.

Sauf que...
Sauf que les flics ont fermé toutes les stations du 16e et ont mis des barrages sur tous les ponts. Pour remonter à la Pompe, je dois descendre jusqu'à Auteuil. Je passe devant la Maison de la Radio, furieux. J'ai failli assister à une émeute générale de bourgeois, d'ailleurs. Et j'aurais été ravi de mener l'offensive tellement c'était ridicule. Une centaine d'habitants du 16e coincés au pont de Bir-Hakeim malgré leurs arguments ("mais j'habite en face bordel !!!!") et les miens ("mais je vois ma voiture d'ici, vous allez pas me faire faire dix bornes pour la récupérer !!!")

Dégoûté.
Mis trois quarts d'heure.
Crevé.

Suis allé me coucher.
Marre.

Plus de feu d'artifice pour moi.

(Plaignez-moi un peu maintenant, j'ai besoin de tendresse et de compassion).

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien
commenter cet article

commentaires

7h48 17/07/2007 11:02

p'tit bedou : carcasonne le 14 juillet c'est impraticable! le feux d'artifice tiré au dessus de la cité étant reconnu comme le plus beau de toute la France je peux t'assurer qu'il y a un max de monde

P'tit Bedou 16/07/2007 18:00

Pauvre Batracien... Tu as toute ma compassion... Tu me rappelles à quel point Carcassonne dans les champs ou Toulouse en bord de Garonne ça peut être sympa le 14 juillet...

Clélie 16/07/2007 17:38

Ba moi j'ai trouvé le bon plan: un resto le 14 juillet. Y a personne parce que tout le monde est au feu d'artifice et en même temps on s'en fout du feu: c'est tous les ans pareil!

kami 16/07/2007 17:22

pauvre, pauvre grenouillon, je te plainds tellement, si j'étais homo je te ferai un calin...tchô

Myself 16/07/2007 16:37

Polnareff n'a pas dit que la France ct le paradis avec Sarkozy, il a souhaité bonne chance (en disant merde) au nouveau président. Forcément, invité par Sarkozy il n'allait pas dire : "mais quel gros enculé ce petit Sarko haineux et teigneux". Bref.

Articles Récents