Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 15:29
Mesdemoiselles, attention.
Vous savez désormais que votre mâle a besoin de sommeil.
Vous avez appris qu'il était beaucoup plus maniable lorsqu'on ne le brusquait pas.
Vous m'avez traité, intérieurement ou non, de gros con de macho tout en notant avec soin les conseils sur le petit calepin que vous ressortirez pour vous occuper pendant la prochaine heure de sexe.

Eh bien, le temps est venu de votre prochaine leçon.
J'entends déjà les glapissements enthousiastes des génisses en furie - et vous avez raison, car la leçon du jour est particulièrement délicate. Encore une fois, il vous faudra ravaler votre orgueil et encore une fois, vous allez me dire que putain, les efforts, ça se fait à deux.

Sauf que les efforts que les mecs doivent faire, c'est pas mon boulot. Moi, je parle uniquement des adaptations que vous devez suivre pour devenir la fille parfaite et unique, celle qu'on aime et idôlatre, et qu'on ne lâchera pas pour la fille du 3e, la grande brune qui fait du Pilates pour avoir un ventre ultra-plat pour quand elle danse sur une barre en string dentelle. Et toc.

Donc Chapitre 3: les efforts.

Un homme, c'est un être simple et sensible. Ca ne le montre pas trop, mais ça a un petit coeur qui bat sous la multiple carapace forgée depuis sa plus tendre jeunesse par les chansons de The Cure à la Boys don't cry et autres Macho Macho Man (ou pas). Et, de votre point de vue au moins, ça fait peu d'efforts.

Alors quand il en fait, des efforts, vous avez putain d'intérêt à les valoriser ! Parce qu'un homme est comme un chien, il vient vers vous en remuant la queue, tout fier de ce qu'il vient de réaliser, et il ne comprendra pas s'il se prend un coup de pied au cul.

Ca ne vous est jamais arrivé de voir votre mâle attitré faire spontanément quelque chose qu'il n'avait jamais envisagé (ranger, nettoyer s'il n'est pas ordonné - ou vous préparer un bon petit plat s'il n'est pas cuisinier - ou vous offrir des roses s'il n'est pas démonstratif - ou vous payer le restau s'il est radin. - ou vous faire un poème alors qu'il est dyslexique..) ? Eh bien dans un tel cas, soyez CONTENTE et SOURIANTE pour valider son effort, même si vous n'en pensez pas moins.

Ok, il a rangé comme un sagouin. D'accord, son plat n'était pas salé et en plus vous ne supportez pas les fruits de mer, vous lui avez déjà dit vingt fois. Très bien, vous avez répété souvent que vous adoriez les tulipes et c'est des roses qu'il apporte. Ok, le restau était pourri. Ok il faisait une faute par mot à son poème.

Mais tout ça, vous pourrez le dire APRES. Plus tard. Un autre jour. Une autre fois. A un autre moment.
Parce que là, tout de suite, sincèrement, il se prend pour le King qui vient de vous elvisser la mâchoire grâce à ses efforts démesurés. Il a l'impression qu'il a vraiment fait quelque chose de bien, et il prendra extrêmement mal toute critique malvenue au moment de son triomphe.

Donc on sourit tendrement devant le poème ou les fleurs, on mange sans se plaindre son plat, on pousse des "oooh" et des "aaah" devant la chambre rangée. Peu importe ce qu'on pense vraiment, qui est que putain, en fait il s'est pas foulé, là, et qu'en plus il a complètement oublié vos goûts.

C'est hallucinant le nombre de disputes qu'on peut éviter si on désamorce la situation suivante:
- Tiens chérie, je t'ai apporté des fleurs
- J'aurais préféré des bonbons parce que les fleurs c'est périssable
- Putain tu fais chier
- Ne me quitte pas, ne me quitte pas, il faut oublier, tout peut s'oublier.

Ca n'empêche évidemment pas de reprendre le sujet un peu plus tard, après avoir montré son enthousiaste et flatté la croupe de son mâle, en rajoutant un "c'est super sympa le séjour en thalasso que tu m'as offert mais va falloir que je le décale, c'est la semaine où je suis en séminaire, tu te rappelles ?"*


Voilà. Donc comme dirait Jerry, le troisième chapitre se résume finalement aussi à TA GUEULE. J'ai presque honte, tiens.




* Exemple vécu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien
commenter cet article

commentaires

Grenouille 12/09/2007 23:48

La femme est le meilleur ami de l'homme, comment veux-tu qu'on s'en passe ?Sinon, si ta question était sérieuse, il faut savoir que c'est quand même un peu de la caricature (un peu). On aime bien quand vous parlez, tant que vous ne mettez pas les dents.

liora 12/09/2007 23:24

je trouve ce post à la fois très vrai et désespérant. Je ne trouve pas qu'il rabaisse seulement les hommes mais aussi les femmes, ou plus exactement les relations. En gros, les hommes seraient des enfants qui aiment juste regarder la télé et faire d'autres conneries avec leurs potes, ils sont pépères, tranquilles... et les femmes seraient des hystériques, chieuses, toujours à râler, à parler de ménage et vaisselle et autres choses inintéressantes, à jamais être satisfaites même quand vous faîtes des efforts... Mais, alors, Grenouille (ou tout autre homme vu que visiblement Grenouille répond pas) : c'est quoi l'intérêt d'avoir une copine si :1) moins elle parle mieux je me porte2) moins elle me demande des choses mieux je me porte3) elle est jamais contente de toutes façons???

Marionnette 08/09/2007 20:29

tiens donc, je ne t'imaginais pas citer du Brel... interessant

anyia 08/09/2007 12:01

ouais j'avoue finalement tu te rabaisses pas mal au final grenouille... Et puis je confirme ce qu'ont dit les autres : quand nous on fait des efforts, à vous ça vous paraît normal. Mais vous le moindre petit effort on devrait applaudir, se rouler par terre, se pâmer devant vousà genou??? tssss....  

Louise 08/09/2007 11:22

De toute façon c'est bien connu que les filles n'aiment pas les gentils garçons. Avec un gentil tu t'ennuis alors avec un petit con le temps passe plus vite...

Articles Récents