Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 18:42
Bon, je n'ai pas été très présent ces derniers temps.
Parce que je bossais.
Eh oui.

Enfin non, je ne bossais pas, j'étais en formation plus précisément. Un truc absolument passionnant et essentiel sur les fondamentaux du management, pour nous rendre plus efficaces et performants dans la gestion de nos équipes et nous permettre d'aborder sereinement cette année 2008 avec plus de cordes à l'arc de notre habileté relationnelle (sic).

Bref, une formation de trois jours, bien pipeau.

Sauf que pas du tout, au final ça s'est révélé super intéressant, car le formateur a fait exprès de nous mettre dans les situations les plus merdiques possibles - management de crise, il appelait ça. Et du coup, sous la forme de diverses saynètes, nous devions essayer de gérer les cas qui nous étaient présentés et interprétés par nos collègues. Jusque là, vous me direz, rien de bien exceptionnel.

La surprise, c'était comme je viens de le dire l'intensité des crises à résoudre. Le genre de trucs qu'on n'a pas vraiment envie de subir quand on est manager.

En vrac:
- La fille qui vient vous voir pour se plaindre de harcèlement sexuel difficile à prouver
- Le gars qui fait 50% du chiffre de votre équipe et qui veut passer à la concurrence
- Le gars qui fait 50% du chiffre et qui veut ton poste
- Le gars qui en agresse un autre physiquement dans les locaux
- Le gars qui triche sur les notes de frais ou sur ses déplacements
- Le gars qui vous provoque ouvertement en privé tout en se comportant parfaitement en public
- Le gars qu'on doit licencier
- Le gars qu'on doit licencier alors que c'est un très bon pote en dehors du boulot
- Le gars qui monte tout le cabinet contre vous en douce

Et comme c'est nous qui, chacun notre tour, interprétions ces rôles de crevards, on s'en est donnés à coeur joie pour camper les personnages les plus réalistes - et pourris - possibles. Coups bas, manipulation, entretiens marathons, compensations, chantage, négociations, mensonges, exagérations, on ne s'est rien épargné.

Au bout des trois jours, on était lessivés. Yen avait pas un seul qui tenait debout. Le pire, c'était avec le collaborateur qui avait de bons résultats et voulait renégocier son contrat. Ca a duré ni peu ni assez. J'étais en nage.

Et ça m'a rappelé qu'en fait,
j'ai été de l'autre côté de la barrière. Et que je m'étais comporté encore plus atrocement. 

Putain, quand j'y repense, je suis vraiment une belle enflure.

...

....

Mwahhahahahahhahahaha.

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien
commenter cet article

commentaires

AB 12/12/2007 22:05

Hi hi hi ! Viens donc faire un stage dans mon bureau, tu ne seras pas déçu du voyage.Cela se passe dans une mairie, et je suis l'ex-chef de mon chef. Eh oui, ce type qui était technicien a passé le concours d'ingénieur, puis a remplacé mon propre ex-chef lors de son départ à la retraite. Situation qui prête à sourire, mais qui n'est pas drôle tous les jours ! Quant à changer de crèmerie, mince ! J'aime bien mon poste, moi... Amicalement

Le Chat 30/11/2007 22:24

faute avouée est à moitié pardonnée, non ? ;-)

laetitia 30/11/2007 12:01

Ouh putain les cas à traiter ! çà a l'air bien marrant et surtout intéressant ce genre de formation, j'm bien le "gars qui te provoque en privé et se comporte très bien en public", le gros enculé koi muahahah ou les tendus qui sont à deux doigts de se foutre sur la gueule, j'imagine comment certains managers un peu coincés et finguets gèrent çà, je parle pas pour toi bien évidemment ; ) D'ailleurs, c'est quoi les trucs délicats que t'as eu à gérer jusqu'à présent? Bises!

Salem.ze.cat 30/11/2007 03:02

Ego sum pauper : nihil abeo et nihil dabo.

neuh-lor' 29/11/2007 22:44

null

Articles Récents