Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2006 2 10 /01 /janvier /2006 18:43

Vous l'avez voulue, vous l'avez demandée, vous avez supplié, imploré, gesticulé pour l'avoir, vous m'avez menacé des pires sévices sexuels (mmh) et fait chanter avec des photos de cuisses de grenouille, voilà donc le résultat de vos exactions. La suite de la rencontre décrite dans cette note. Attention, ça promet d'être long. Pour la peine, je séparerai donc la note en deux parties, et celle d'aujourd'hui sera réservée aux points positifs.

Bon, je vous avais donc laissé au moment crucial où je récupérais son numéro de téléphone. Je l'appelle dès le lendemain, on se fixe un rendez-vous, et on bouffe ensemble. Mademoiselle est timide, coincée, et a passé sa vie entière dans des écoles privées pour fille, jusqu'au bac. Depuis, elle découvre la gent masculine à la fac (de droit, évidemment) mais ses parents l'attendent dès la fin des cours donc elle y fait peu de rencontres.

Ses parents sont très riches, la mère est au foyer, avait prévu d'avoir une demi-douzaine d'enfants et n'a pu en avoir qu'un. Vous imaginez le résultat. La fille adorablement pourrie-gâtée qui ne connaît de la vie que ce qu'elle a pu lire dans les harlequins et qui se demande pourquoi le cheval blanc et le prince charmant se font attendre.

C'est là que j'interviens. Bon, comme je le disais dans ma première note, je n'étais pas vraiment emballé au début. Je sortais d'une relation torride avec la fille qui avait fait capoter mon couple (je vous raconterai ça une autre fois) et la différence était quand même palpable. En plus, physiquement, et n'en déplaise à Daviso, je n'étais pas particulièrement fan. Bref, j'hésite, j'hésite, alors qu'elle prend ça pour les attentions tout à fait normales d'un Lancelot platonique. Hahahaha...ahem.

Finalement, ses exams se terminent et je me dis qu'après tout, pourquoi pas. Je la ramène chez moi et nous sortons ensemble, puis sur son initiative couchons ensemble dans la foulée. Comme quoi les vierges d'aujourd'hui ne sont plus ce qu'elles étaient. Bref, ça se passe extrêmement bien, et je me dis que finalement, tout ça était plutôt une bonne idée. C'est ce que nous allons appeler ses côtés "+".

 

Les côtés +: Je parlais de rencontre magique, cette fille était complètement décalée par rapport au monde réel vu son éducation. Du coup, elle avait une fraîcheur que je n'ai jamais retrouvé en personne depuis. Et elle arrivait sans même essayer à faire s'agenouiller le monde entier devant elle, jamais vu ça de ma vie. Dans un restau, quel qu'il soit, il y avait toujours un serveur pour venir offrir gratuitement une bouteille ou un dessert, ou bien carrément le patron qui venait demander si tout allait bien. Dans une boulangerie, on s'est fait offrir le stock de pains au chocolat "parce qu'ils vont être secs demain, allez !".

Mais être avec une fille comme ça n'est pas une mince affaire. Je me rappelle la fois où je l'ai invitée voir un spectacle de Dany Lary, pour lequel j'avais des places VIP au moment de l'arrivée de Bush en France. Du coup il y avait plein de membres de son cabinet, etc. Bref, je dis à Dulcinée: "mets des beaux vêtements, yaura du beau monde, jean-basket ça passera pas".

Erreur fatale. Ne dites jamais à une très riche de bien s'habiller. Parce que la robe Dior à flonflons, le chapeau à larges bords avec châle de soie assorti et la rivière de diamants, ça a fait bizarre dans le métro. Et Dulcinée qui murmure "Ma maman m'a dit de faire attention à ce que personne ne me vole la rivière de diamants". Bah tu m'étonnes...

Dans le même genre, elle avait fait un pari le jour où on est sortis ensemble: "même si on se voit tous les jours, tu ne me verras jamais habillée deux fois pareil". Et effectivement, durant toute la relation, elle a tenu parole. Il faut dire qu'elle avait un dressing entier rempli d'habits, de chaussures, de jeans de couturiers, de robes, de jupes... hmpf.

Je mets ça dans les points positifs, car c'était plutôt amusant sur le moment. Honnêtement, ça me changeait de tout ce que j'avais connu avant, et le contraste m'amusait.

Quelques anecdotes:

1. Après une séance sexuelle particulièrement réussie, je lui murmure "tu sais que je t'adore, toi ?" Elle me répond: "Oui, ma maman m'avait prévenu que les garçons disaient des choses comme ça après l'amour"

2. Dans une église où elle chante dans une chorale (!), j'attends la fin de la répétition pour lui rouler une pelle et murmurer: "Bon, j'ai pas envie de rencontrer tes parents tout de suite, tu crois qu'on peut filer discrètement ?" Là elle fait un geste du doigt pour montrer quelqu'un derrière moi: "Ma mère."

3. Fête de la musique, elle refuse de venir chez moi parce que sa mère lui a demandé de rentrer. Finalement, je prends les choses en main et la chope sur mon épaule. Elle se débat comme une malade,  jusqu'au moment où des passagers s'approchent. "Tout va bien mademoiselle ?" Elle leur sourit: "Oui oui, ne vous inquiétez pas, j'aime avoir la tête en bas"

4. Maladresse number ouane avec la soie sauvage

5. J'ai une réunion professionelle à La Villette qui se termine à 23h. Sans me le dire, elle décide de m'attendre à la sortie et se tape tout le chemin à pied. Lorsque je sors de réunion, je la vois avec deux grands blacks qui me sourient et font: "t'es malade de la laisser seule dans le quartier, ça fait 20mn qu'on reste avec elle pour lui servir de garde du corps, mais faudrait lui dire de faire gaffe, on est pas à Passy là".

6. Dans un restaurant, je baille alors que la serveuse prend la commande. La fille me fait "Soit votre copine est super chiante, soit c'est un super coup au lit." Sans se démonter, Dulcinée admet: "Je suis un peu des deux" Puis elle corrige. "Je suis beaucoup des deux."

Bon, ça suffira pour les anecdotes. Demain, les défauts ^^

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien - dans batracien
commenter cet article

commentaires

Joyce 14/01/2006 22:26

J'avais un ami qui aurait dit qu'elle était "cruche-benête", c'est joli, non ? Bon... la prochaine séance est à quelle heure ? C'est un p'tit peu long. Faudrait distribuer du pop corn, ça ferait patienter...

Batracien 15/01/2006 21:46

Cruche-benête, au moins, ça veut dire ce que ça veut dire ;)

madame rouge 11/01/2006 17:27

ça n empeche qu'elle etait cruche!!!! non mais!!!

Daviso 11/01/2006 16:59

FaudraitSorry.

Batracien 11/01/2006 17:06

C'est pas parce qu'elle ne me plaisait pas qu'elle n'était pas belle ;)

Daviso 11/01/2006 16:58

"En plus, physiquement, et n'en déplaise à Daviso, je n'étais pas particulièrement fan.""Quand la fille est belle, on ne dit pas "cruche", on dit "fraîche", nuance ^^""Du coup, elle avait une fraîcheur que je n'ai jamais retrouvé en personne depuis."Faudrais savoir ce que tu dis...

madame rouge 11/01/2006 16:37

hihi j avoue que tu as du te retenir de pouffer à maintes reprises:) mais c est pas insupportable au bout d 'un moment d etre avec une fille aussi cruche??
la suite, la suite!!!!

Batracien 11/01/2006 16:51

Quand la fille est belle, on ne dit pas "cruche", on dit "fraîche", nuance ^^

Articles Récents