Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 21:39

Comme j’ai vu briller dans vos yeux une lueur lubrique lorsque je vous proposais, la dernière fois, de vous parler d’une expérience sexuelle étrange, je me dis qu’il est temps de vous en parler. Zavez vu comme je suis sympa ?

Bon, des gens que je connais lisent ce blog, on va donc éviter de citer le moindre prénom ou pseudo pour ne pas causer d’embarras à la demoiselle en question. Parce qu’honnêtement, c’est effectivement bizarre, tout ça.

 

 

 

Tout commence lorsque j’amène pour la première fois chez moi cette fille. Nous avions un objectif commun : nous jeter sauvagement l’un sur l’autre et de découvrir ce qu’il se cache sous nos vêtements. Bon, elle était très mignonne, bien formée, bref tout cela s’apparentait à un déballage de paquet cadeau avant Noël : enlever les rubans avec les dents sans abîmer le papier. Et de mon côté, euh, je peux encore vous faire croire que je suis très musclé ? Non ? Bon, d’accord. Un jour, je vous raconterai ma théorie des trois premières fois, c’est au moins aussi puissant que le truc de la chaussette. Mais nous étions tout de même partis pour une nuit de bonheur.

 

 

 

Sauf que non, en fait. Parce que si ça s’était passé simplement, je n’aurais rien eu à vous raconter. Devinant spontanément qu’un jour j’aurais un blog et que je parlerais d’elle, la fille s’est donc mise à partir dans du grand n’importe quoi. Ca a commencé quand mes mains lui ont frôlé la poitrine.

 

 

 

« Oh ! » elle fait avec une expression de douleur créatrice.

 

 

 

Bon, évidemment, je m’inquiète, et elle m’explique que non, c’est le plaisir qui la fait parler ainsi.

Ok.

Je préciserai donc qu’à ce moment précis, j’étais très content. Quelqu’un d’aussi sensible, c’est un vrai bonheur. Je tends donc l’autre main.

 

 

 

« Oaaaaaaaaaaaaaarghhhhhhhhhhh ! » balbutie-t-elle.

 

 

 

Je retire ma main. Oui, quand quelqu’un fait oaaaaaaaaaaaaaarghhhhhhhhhhh, généralement, je m’interroge.

 

 

 

« Ca va ? » répété-je.

« Ouiçavanonmaiscontinuetarrêtepaspourmoicesttropbon » fait-elle avec une voix hachée.

 

 

 

Je regarde mes mains. Je regarde sa poitrine. Je regarde mes mains.

Bon, je sais que je suis orgueilleux et tout et tout, mais jamais jusque là un simple toucher avait provoqué ce genre de choses. Elle est en train de haleter, là. Du coup mes pensées lubriques commencent à se tourner vers des considérations plus pratiques, du genre « ah non, j’ai pas de ventoline chez moi ».

 

 

 

Perplexe maintenant, je continue. On se déshabille mutuellement, et elle respire de plus en plus fort. Elle s’accroche à moi pour ne pas tomber. Du coup, je l’allonge sur le lit.

 

 

 

Vous pensiez que ça s’arrêterait là ? Vous pensez faux. A peine les choses sérieuses commencées, elle commence à baver à moitié en me griffant le dos et en gémissant des trucs extrêmement flatteurs, mais pas des masses crédibles.

« Oh que c’est bon, oh mon dieu, tu es formidable, comme tu te débrouilles bien, tu es génial, oh la la ouiii »

 

 

 

Bon. Je n’ai fait que deux mouvements, donc elle se fout un peu de ma gueule, là. Pour tester, je donne un petit coup de rein. La réaction ne se fait pas attendre.

 

 

 

« C’est incroyable ce que tu es inventif c’est formidable c’est hallucinant oh la oh la mais tu te rends pas compte oh la la » (toujours débité sur le même ton de voix, en approximativement une seconde – essayez, c’est dur).

 

 

 

Je ne sais pas pour vous, mais se faire prendre pour un con, ça me stresse pas mal. Du coup, ça a des effets assez négatifs sur ma libido. Pour parler crûment et choquer les lecteurs/trices en âge tendre, je débande. Je me retire avec un grognement de frustration, cette soirée ne sera décidément pas à la hauteur des attentes.


La fille commence à me caresser le dos. « Sérieux, c’était vraiment trop bon, tu te rends pas compte, j’ai adoré, c’est pas grave si ça a molli à la fin, tu étais un dieu ! »

 

 

 

Notez le « molli à la fin » alors que la totalité du processus a duré 25 secondes montre en main. Du coup j’explose et je me barre, larmes, scène, réconciliation, blablabla. Finalement, j’ai fini par m’habituer à ces démonstrations bizarres et je déconnectais mes oreilles quand on couchait ensemble (parce qu’elle n’en démordait pas).

 

 

 

Bref, un petit conseil pour vous mesdemoiselles. De base, on préfère quand vous ne simulez pas. Mais si vous le faites, de grâce, faites-le avec habileté. Sinon, on a vraiment, mais alors vraiment, l’impression d’être pris pour un con.

 

 

  

PS: cette jolie banderole est une courtoisie de Zoelie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien - dans batracien
commenter cet article

commentaires

fsan 28/02/2006 09:26

J'ai eu aussi une mignonne qui "hurlait de plaisir" alors que je la frôlais à peine...
J'ai aussi eu une autre qui restait imperturbable quoi que je fasse...
Je sais, je suis mauvais !!!!! Honte à moi..

aline 11/02/2006 21:29

mdr ca doit exister des cours de simulations
 

Batracien 13/02/2006 20:21

Ca ressemblerait probablement à la respiration prénatale. "Inspirez... soufflez... de plus en plus vite... roulez les yeux... gémissez doucement" :p

Julien Lem 11/02/2006 14:34

Je n'ai jamais croisé ce genre d'oiseau, mais je crois qu'elle aurait eu le même effet...

Batracien 13/02/2006 20:18

Merci de ne pas me laisser seul dans ce cas, je commençais à me demander si j'étais normal :

shinzawai 08/02/2006 16:48

Et euh.
Elles nous prennent tous pour des cons ou y'a que toi ?
Pardon.

Batracien 09/02/2006 20:00

Ya que moi, ça doit être de naissance, je ne sais pas ;)

Len Janak 08/02/2006 09:27

Tu es peut-être un Dieu, finalement.

Batracien 09/02/2006 19:52

Peut-être, qui sait ?
J'avais même essayé de créer une religion sur mon blog précédent. Mais bon, ça n'avait pas pris des masses.

Articles Récents