Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 09:42

Plus jamais.
Plus jamais des week-ends comme ça.

(J'ai toujours admiré la volonté des gens qui disent ça. "Plus jamais je bois" - avec une vodka-pomme à la main - ou "Plus jamais je l'appelle" - en composant son numéro).

Mais quand même. Au bout d'un moment, ça devient compliqué de gérer la vie trépidante et trépidationnelle d'un post-ado décérébré à l'alcoolisme sélectif et aux mains baladeuses.

Jeudi : séminaire de la boîte, extinction des feux 7h du mat
Vendredi: soirée au Chalet des îles, extinction des feux 7h du mat
Samedi: soirée en boîte homo (si si), extinction des feux 7h du mat
Dimanche... non, on parlera du dimanche soir plus tard.

Autant dire que je suis en train de regarder l'écran d'ordinateur avec des mains tremblantes, des yeux étrécis et des cernes samsonite. J'ai des commerciaux qui me jettent des coups d'oeil inquiet, d'ailleurs. Ils ne vont pas tarder à appeler les secours.

Et pourtant, dans un souci d'information journalistique qui me va bien au teint, j'ai décidé de vous raconter un peu les multiples péripatétiéties d'un jeune homme formidable (moi) abandonné dans un monde hostile et brutal (eux).

Et ça commence au séminaire.

Tous les ans, mon entreprise organise son séminaire près de la plage (Deauville l'année dernière, le Touquet cette fois-ci) pour expliquer à tout le monde à quel point on a bien travaillé, à quel point nous sommes formidables, et ô combien nous sommes précieux pour elle (le discours n'est pas le même lors des demandes d'augmentation). 

Ca partait pourtant bien, une jolie stagiaire m'avait demandé toute la matinée quel bus je prenais pour aller au séminaire et si on pouvait se mettre côte à côte parce que tu vois, j'en ai marre des gros lourds du cabinet qui me draguent en boucle et que toi j'ai l'impression que t'es un mec sympa.

Mwhahaha-ahem.

Bref, le car part, on discute, je suis d'une sagesse à toute épreuve, je tente de dormir un peu pour récupérer des forces pour la soirée. C'était compter sans mes commerciaux.

Il faut que vous le sachiez. J'ai beau faire partie de cette engeance maudite, je ne peux que le constater: les commerciaux en général sont des boulets, beaufs et arrogants, dont la compréhension du monde est limitée par le nombre de levrettes pratiquée la veille.

En tout cas, ceux que je gère ont à peu près la délicatesse d'un buffle du Kansas dans un magasin de bonzais. Et leurs réactions n'ont pas tardé à pleuvoir.

"Regarde pas tout de suite Grenouille mais t'as de la stagiaire collée au bras!"
"Hey, mademoiselle, c'est pas parce qu'il est manager qu'il a une plus grosse bite que nous, hein"
"Non mais tu as fait le bon choix, c'est lui qui a la meilleure chambre au séminaire".

Bref. Je me suis endormi à la fin du voyage et lorsque je me suis réveillé, la stagiaire avait fui.

Apéro-vodka, restau-vin, puis direction la soirée open-bar en plein coeur du Touquet. De mon côté, étant supposé donner une image de la boîte blablabla (je me suis fait briefer par mon DG pendant presque une heure, je me demande de quoi il pouvait bien avoir peur), je suis resté très sage et quasi-sobre.

Ce ne fut pas forcément le cas de nos équipes. En l'espace de deux heures, un consultant nous fait un coma éthylique et un commercial se retrouve au poste. Yeah baby...

On notera un moment intense d'engueulade avec les pompiers. Je les ai appelés à 2h du mat quand le gars s'est effondré. On le met en PLS avec quelques collègues et on attend. On attend. On attend. On attend.

20 minutes plus tard, je rappelle. On me dit qu'une voiture a déjà été envoyée. On attend. On attend. On attend.

35 minutes plus tard, ENFIN, la voiture arrive pour s'occuper du consultant. 35 minutes pour venir ! En l'occurence le pouls était stable, mais si c'avait été plus grave, il aurait eu largement le temps d'y passer. Bravo la rapidité.

Oui, bon, je sais, je n'aurais pas dû les blâmer, si ça se trouve ce n'est pas leur faute mais celle de l'état qui ferme des casernes de pompier, mais 35mn à soutenir la tête d'un consultant en espérant qu'il n'y passe pas, c'est pas forcément un moyen d'être de bonne humeur.

L'ambulance repart, on retourne en soirée, retour à l'hôtel à 7h du mat.
A 9h était prévu de l'acrobranche.

Bizarrement, personne n'y est allé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien
commenter cet article

commentaires

gremouille 09/07/2008 17:43

et sinon, t'es content que ton DG lise ton blog (non parce que je ne vois pas d'autre explication ! :-))

anyia 08/07/2008 14:08

je reconnais bien là l'ambiance commerciale... Cela dit, crois-moi, les ingénieurs sont pas mal non plus... C'est surtout masculin, je pense.

Luciole 07/07/2008 22:35

Aors là aucune compassion pour de mecs qui trouvent rigolo de se bourrer la gueule jusqu'au coma éthylique ! Si ça se croit intelligent de faire ça, faut assumer...

Roswell 07/07/2008 19:48

Je m'étonne, après quelques temps de lecture de tes frasques, ce qui m'étonne le plus, c'est que tu positionne le gars en PLS, tu es donc secouriste!!Tu as la classe, ddéfinitivement!Bona to vada

Cyrius 07/07/2008 18:41

Le comité des fidèles lecteurs ne peut croire à la disparition de la stagiaire du scénario ...Surtout après le geste de bon samaritain chevaleresque qui prend soin de ses commerciaux élevés en plein air.

Articles Récents