Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 13:12

Bon, la Magnifique est sous la douche, j'ai donc une dizaine de minutes pour vous pondre cet article avant de filer.

Oui, je l'appelle la Magnifique maintenant, après une explication musclée hier comme quoi finalement, Belle-de-quoi-que-ce-soit ça ne lui plaisait pas et que Blondasse c'était moyen. On s'est roulés tous les deux par terre en tapant du pied, on a beaucoup pleurés, on a promis de faire des grèves du sexe, et puis finalement on a trouvé un compromis. Donc maintenant c'est la Magnifique (j'ai l'impression de m'être fait avoir quelque part).

Bon, donc depuis le temps que vous vouliez que je parle de la commerciale, c'est parti. Je vous préviens, c'est probablement moins formidable que ce que vous pensiez (mais bon, 10 minutes aussi). Ca remonte à un peu plus de trois ans.

A l'époque, donc lorsque j'ai 24 ans, je réussis par hasard (et avec une chance assez phénoménale, j'avoue) à décrocher un super poste dans une grosse boîte bien connue, à savoir la SACEM. Vous la connaissez tous, ce sont les grands méchants qui défendent les artistes et s'opposent au piratage. Et qui vous font payer quand vous faites des concerts.

Première mission qu'on me donne: encadrer une équipe de sept commerciaux. Commerciaux à la SACEM, ça veut dire des gens qui vont sur le terrain jour et nuit pour contrôler les boîtes, les soirées, les bars, etc. Un métier plutôt difficile parce que les horaires sont bordéliques (sortie de boîte à 5h30) et que les clients sont souvent d'assez mauvaise humeur (menaces de mort, armes sorties, tentatives d'impressionner, séquestration... ya de tout). Par conséquent, mes sept commerciaux étaient donc tous des hommes, et sur la totalité du territoire français, il n'y avait aucune femme qui faisait ce métier.

Malheureusement, les syndicats, à la rue comme d'habitude, ont décidé de mettre leur nez dans cette histoire. Ils ont fait tout un scandale comme quoi on n'embauchait pas de femmes, qu'on était machos, et que c'était un scandale (alors qu'en fait on n'avait jamais reçu une seule fois une candidature féminine à un poste aussi ingrat). Bref, il fallait féminiser tout ça. Et comme la région parisienne était une région pillote, on m'a piqué mes sept commerciaux mâles, on les a répartis dans la banlieue, et on m'a chargé de recruter sept nouvelles personnes - des filles.

L'annonce paraît, on cible les BTS Force de Vente ou Action Commerciale, on prévient bien que le métier présente certains dangers, et on attend. On attend. On attend. Jusqu'à ce que soudain... une candidature !

Je la reçois avec mon boss dans son grand bureau, l'ambiance est solennelle... notre première fille... ça nous impressionne.

Et là, elle pousse la porte. Pour un entretien d'embauche, elle a mis le paquet. Jean délavé et troué, caraco bizarre, mains dans les poches, bracelets qui font bling bling. Pas moche mais maquillée à la truelle. Elle nous salue et s'asseoit.

"Pourquoi voulez-vous rentrer à la SACEM ?" que je demande.

"Ouais, j'ai fait médiateur en cité sensible, j'ai l'habitude de claquer des boulets, alors tant qu'à faire autant se faire payer pour." Une pause. "Et puis j'aime bien les auteurs et les compositeurs, genre Goldman, il est cool lui, il est souvent aux restaus du coeur."

La suite de l'entretien se passe comme ça du début à la fin. Lorsqu'on débriefe avec mon boss, je lui dis 'non mais c'est pas possible, elle est grave celle-la, ya pas moyen". Mais lui, qui a quand même beaucoup bourlingué, a une autre opinion.

"Ecoute, déjà de toute façon on n'a pas le choix vue la pression des syndicats, sinon ils diront qu'on a refusé de l'embaucher parce que cétait une fille. Donc démerde-toi. Et puis tu voulais quoi comme commerciale pour un boulot aussi tendu ? Une fille en robe vaporeuse ?"

Ouais, j'avoue que j'aurais préféré. Mais bon, je me range aux sages conseils de monsieur le Boss et je donne mon accord à la fille. Qui commence dès le lundi suivant.

Dès le début, le contact est très bien passé, mais j'avais un peu de mal dans la relation de hiérarchie. Sur le principe, elle dépendait de moi, mais dans les faits je n'avais jamais managé personne et elle n'avait pas vraiment l'intention d'obéir au doigt et à l'oeil. Mais finalement on s'est super bien entendus, et de toutes les autres filles qui ont été recrutées après, elle a été la plus performante. Elle avait vécu dans une cité classée très sensible, elle s'était faite planter dans une bagarre de rue quelques années avant et avait la cicatrice, elle vivait avec un mec qui visiblement faisait pas mal de vieilles combines, enfin c'était absolument excellent. Dépaysant, la fille. Et du coup elle se foutait de la gueule des patrons de boîte qui essayaient de l'intimider en pensant que c'"était juste une gamine. Oh, et elle faisait du tae kwon do à haut niveau.

Mais le plus impressionnant chez elle, c'était son langage. Elle s'était pas mal modérée pour coller un peu à l'image SACEM mais parfois, il y avait comme une vieille rechute et ça déchirait un peu sa race, comme on dit.

Genre en réunion, les filles exposaient leurs résultats de la semaine, et elle était là genre: "Le patron de ce bar,franchement, rien que je le vois,  j'avais le string qui dégoulinait par la jambe". Pause. "Non, je veux dire il était grave sex, tu le vois tu le violes".

Je ne me rappelle évidemment plus de toutes ses interventions, elles étaient bien trop nombreuses en plus d'un an. Mais quelques exemples de ses expressions phénoménales:

"Le mec, tu sentais qu'il aurait été mieux avec ses dents en collier et sa bite en bouche"

"Sérieux, regarde cette fille, ça te fait pas déchirer le boxer ?"

"Celui-là, faudrait lui injecter le cancer en gélules"

Et surtout, la plus puissante de ses maximes:

"Quand tu penses avec ta bite, t'étonnes pas d'avoir des couilles".

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien - dans batracien
commenter cet article

commentaires

KeepOut 14/08/2006 17:16

Burrrp... Le Batracien fait le pont lui aussi? lol++ :)

Princesse 14/08/2006 00:24

Je  viens de découvrir ton blog : j'ai tout lu d'une traite, un peu comme un roman !!! Et j'attends la suite avec impatience (on dit que les addictions commencent comme ça !)

Aure 13/08/2006 21:03

Mmmh, elle s'appellait pas Violette par hasard!?
J'aime beaucoup le string qui degoulinait...

Marmotte et A. 13/08/2006 19:10

bon, ben c'est pas triste les phrases issues du langage de la commerciale (quelle planète déjà ?) Bon... Gros bisous depuis Aix en Provence... (tout les details à mon retour promis ;) )
 
Comment ça tous les détails!!!! (A. s'exprime) Nan mais vas y, fais lui des dessins aussi!!! mdr... l'a pas besoin de TOUS les détails hein...
 
je sais pas dessiner....
mdr

Kass 13/08/2006 15:09

Alors tout d'abord, je remarque une petite erreur dans l'histoire!!! Elle est sous la douche... et toi, devant ton écran... (arf, les bonnes habitudes se perdent...)...
Et sinon, je trouve que tu ne te débrouilles pas mal en tapotage!! Dix minutes top chrono pour pondre un article et le taper!!!
Tu es (soit très agile de tes dix doigts et heu non aucun commentaire sekkkksuel là-dedans hein!!!! bande de pervers lecteurs que vous êtes!!) soit une dactylo en puissance!!!!!!! (mouhahahahaha)
Et heu pour finir, tout compte fait, je suis ultra polie et ça me rassure quelque part!!
Merci crapeaud!!

Articles Récents