Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 16:27

Ouais, c'est vrai que je ne vous ai pas parlé du samedi ni de la jumelle qui allait avec. Mais bon, faut avouer que les remous de la rupture de Monsieur A (ben oui, forcément, autant de chair qui disparaît de vue, ça fait un grand plouf) ont eu raison de ma bonne volonté.

J'ai honte.

Mais je vais me racheter, promis. Je vais vous raconter le samedi, et tout. En omettant presque rien. C'est dire à quel point mon désir de vérité va loin.

Samedi, donc. J'ai trop, trop, trop de choses prévues et à organiser. Sans même parler des numéros à rappeler, j'ai l'anniversaire d'un ami qui se rappelle à mon bon souvenir. J'ai une soirée jeu proposée par Gajal chez la fameuse fille glamour pour laquelle j'avais eu un coup de foudre. J'ai une soirée chez un pote homo, ce qui a toujours tendance à dégénérer. J'ai la jumelle à voir quelque part.

Et je me réveille à 17h. Avec la voix cassée de la soirée de la veille, je ne parle plus qu'avec le vague cancanement d'un colvert enrhumé par les fumées toxiques de l'usine Arcelor du coin. C'est moyen sexy.

Organisé comme pas deux, je taille dans le vif. Les numéros, je les garde pour plus tard. L'anniversaire, je l'annule en disant que j'ai la grippe (et avec ma voix de mourant ça passe comme une lettre à la poste). La jumelle, je la case de 19h à 21h. La soirée jeu de 21h à minuit. Le reste après minuit.

Sur le papier, ça paraissait tenir la route. Dans le doute, je demande à Gajal de me rappeler vers 20h pour essayer de me sortir de là si jamais je me fais chier (mais oui mesdemoiselles, qu'est-ce que vous croyez, nous aussi on prévoit des échappatoires - et on joue mieux la comédie).

Première étape: La jumelle

Elle arrive à l'heure. Evidemment, elle a une frange et ce n'est pas celle que j'attendais. Mais bon, en même temps j'étais déjà convaincu à 100% de m'être trompé donc un peu plus ou un peu moins...

D'ailleurs, elle a l'air un peu surprise d'avoir été choisie et me fait confirmer dix fois que c'est bien elle que j'attendais. Comme quoi, non seulement je me plante, mais en plus j'ai des scrupules. A un moment elle me dit "non mais c'est juste que d'habitude c'est ma soeur qu'on drague, pas trop moi"

La vie est parfois injuste.

Ceci dit, je passe un excellent moment. Je l'emmène devinez-où (un baiser pour la première à trouver ou une accolade virile si c'est un mâle). On discute pendant une bonne heure, le courant passe bien, mais bon elle ne me plaît pas physiquement et elle a vingt ans. Ca fait quand même deux défauts rédhibitoires.

Et là, à l'heure prévue, appel du Gajal. Je décroche, je réponds que j'arrive dans 20mn, je raccroche.

Sauf que le Gajal ne se démonte pas et envoie un texto incendiaire: "putain mais t'es trop à la bourre sérieux, on a déjà commencé à bouffer, alors ramène tes fesses, merde !"

Stress. Je prends congé de la frangée du jour et je le rappelle. Il est hilare.

"Alors, il a marché mon texto ? Elle t'a lâché ? Ouais je l'ai joué réaliste pour si tu voulais lui montrer"

Groumpf. Même les amis sont cruels.

Deuxième étape: la soirée jeu

Bon. Pour être honnête, je n'étais pas enthousiaste à l'idée de jouer à un jeu de société que je ne connaissais absolument pas au lieu de me bourrer la gueule à un anniversaire, mais la chance de recroiser l'élue de mon coeur (ou pas) ne se reproduit pas tous les quatre matins, donc j'y vais en traînant la patte.

Au final c'est tout le contraire: le jeu se révèle intéressant mais la belle, enrhumée jusqu'au string, dégage à peu près autant de sensualité qu'un poteau de signalisation lors d'une session de code. De mon côté, j'ai toujours ma voix de ragondin, donc la conversation passe moyen.

On passe les heures le nez enfoncé dans le livre de règles à comprendre comment multiplier nos amibes et leur donner des gènes puissantes tout en évitant de se faire bouffer. Le jeu s'appelle Soupe Primordiale, et fallait bien un couple de thésards pour acheter ça. M'enfin quand on comprend le principe c'est fun. Ca m'a pas empêché de perdre lamentablement.

Pas grave, troisième étape pour noyer mon chagrin dans la vodka.

Troisième étape (vous voyez comme je suis organisé):  la murge intégrale

Comme je suis un putain d'ami qu'on aimerait bien en avoir plus, des amis comme ça, je propose à Gajal de l'incruster dans la fameuse post-soirée.

On arrive donc fièrement sur place, où nous attendent déjà quelques convives fin torchés. Pas de soucis, on est là pour rattraper le retard (ou pas).

Il y a dans cette belle assemblée deux filles hétéros, deux mecs homos, et nous qui venons d'arriver. Ce qui donne un compte à peu près bon.

Sans grande surprise, les deux homos se retrouvent ensemble. Gajal jette son dévolu sur une des hétéros, et moi je reste sage. J'espère que vous admirerez ma retenue admirable et mon sens du sacrifice.

Ca se léchouille, ça se bisouille, ça se roule sur le sol comme des pumas en rut pendant la période de prérécolte des endives, ça n'a plus aucune dignité, bah, c'est sale !

(ah ben ouais mon Gaj mais si tu veux pas que je raconte des trucs comme ça faut répondre au téléphone, trois fois que je t'appelle pour te demander si tu voulais déposer ton veto ^^).

A noter que son homosexualité rampante n'empêche pas notre bel hébergeur de tenter de copuler avec une des hétéros sur son canapé, ou de montrer son cul dans un espèce de porte-jarretelles pour mec étrange.

Au final, vers 6h du matin, on laisse nos deux homos copuler tranquillement et on accompagne le couple nouvellement formé (au moins pour la soirée, vive l'alcool) vers le métro avec la satisfaction du devoir accompli.

Partout où l'on passe, les hymens trépââââssent.

Ou pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien - dans batracien
commenter cet article

commentaires

Daviso 23/02/2007 15:27

Je m'ennuie, dans 4 heures, à Paris. Profite bien, qu'un des deux au moins s'amuse...

Rimini 23/02/2007 10:40

Salut Daviso,
Je vais bien, dans 4 heures à Rome ;-)
Et toi ?
 
 

hi 23/02/2007 10:25

Oh les sales sales !
hi

Daviso 23/02/2007 10:04

Tiens, salut Rimini, comment va?

Laura 23/02/2007 09:42

"Ca se léchouille, ça se bisouille, ça se roule sur le sol comme des pumas en rut pendant la période de prérécolte des endives, ça n'a plus aucune dignité, bah, c'est sale !"
je suis sure et certaine que tu dis pas toujours ça...
kisss

Articles Récents