Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 15:10

Oui, le titre n'a rien à voir avec le sujet mais bon, je viens d'y penser dans un éclair de génie qui me stupéfie personnellement moi-même et du coup je ne pouvais vous y faire échapper. Désolé.

Bon, puisque ça a été demandé à grands cris, de l'érotisme aujourd'hui (ou pas). On va donc reprendre l'histoire là où je l'avais laissée, avec number one qui monte à l'assaut du vit courageux du batracien palmipédé (non, ce n'est pas sale). Comme je suis au bureau, je ne garantis pas le résultat avec mes commerciaux qui passent derrière.

Les yeux s'observent, les lèvres se frôlent, les langues se cherchent, les mains se serrent puis se libèrent pour aller explorer de nouveaux territoires. Lentement puis de plus en plus vite, comme pris de frénésie, l'homme s'adonne à la passion qui régit sa vie et l'incite tous les jours à faire ses dix pompes dans son coin en ahanant pour faire croire qu'il est sportif. Sa main caresse une joue, écarte une mèche, effleure une épaule avant de venir sur la nuque et de descendre lentement. Les vêtements sont encore là mais ils ne sont pas un problème. De toute façon, elle ne porte qu'une nuisette, et il est en boxer. Il sent les mains sur son torse et il frissonne - elle sent les doigts sur sa poitrine et elle se cambre.

Même à travers le tissu, on peut sentir les pointes dressées qui viennent toucher les paumes passagères. Il sourit, elle répond, il appuie à peine, elle a les mains douces. Lentement, elle passe les mains sur son ventre, descendant de plus en plus bas en cercles concentriques, sans jamais s'approcher de ce qui l'intéresserait. Il fait de même, sa main descend, la nuisette n'est plus un obstacle, elle remonte doucement, elle a encore une culotte dessous, mais pas pour longtemps. Il effleure sa jambe, elle gémit, il répond alors qu'elle descend également. Leurs lèvres se cherchent de nouveau, les belles techniques sont oubliées alors que les mains s'affolent, les pointes de ses seins lui touchent le torse, elle emmêle ses cheveux dans ses doigts pour retenir le baiser, il la presse contre lui, elle appuie furieusement, une goutte de sang perle au coin des lèvres, il rend la morsure avec frénésie, leurs bouches s'écrasent, elle bascule, il avance, les mains n'hésitent plus.

Il sent pour la première fois sa main sur son sexe, à travers le tissu, à travers le boxer, elle réagit à la pression sur le sien, elle ferme les yeux, elle part en arrière. Les lèvres se libèrent et les baisers descendent, les mains redeviennent coordonnées, oublient volontairement les zones interdites qu'elles viennent pourtant de connaître, elles contournent, elles encerclent, elles observent, le rythme s'accélère, bientôt toucher l'objet du désir, des deux côtés, comme pour attendre, comme pour se coordonner. Sa bouche s'entrouvre sur un souffle, elle halète, il grogne, ils gémissent, leurs mouvements sont douloureux, les mains ont finalement trouvé ce qu'elles cherchaient mais pas tout de suite, pas maintenant, pas vraiment, pourquoi se presser, on a le temps, on ne se connaît pas vraiment, elle a la peau douce, il a un goût sucré, il descend le long de son ventre, elle a rejeté la tête en arrière, ses cheveux lui tombent sur les yeux, il ne voit plus son regard, elle remonte le bassin, il remonte la tête, ils se regardent, ils s'embrassent, ils s'embrasent, elle est humide, elle est brûlante, elle est moite, il devient fou.

"Bon, où sont les capotes ?"

Partager cet article

Repost 0
Published by Batracien - dans batracien
commenter cet article

commentaires

hi 12/04/2007 12:37

@joh : Je suis flatté d'être ta muse !
hi

SoLong 04/04/2007 02:44

Dérision n'est pas humour. Moi je pense que si il ponctuait tout ces articles par "prout" ce serait 'achement plus drole.

le concombre masqué 01/04/2007 20:15

C'est dommage qu'il n'y ait pas plus d'humour dans le récit.On a un peu l'imression de lire un passage d'un mauvais livrehérotique. Bref....j'ai lu en large et entre travers de nombreux articles et en ce moment, la dérision que j'aimais est de moins en présente Dommage :-(

alexiane 31/03/2007 22:12

Solong : merci.
Je souhaite pour ma défense ajouter deux choses :
1. le propre des blogs et assimilés est de ne pas se prendre au sérieux. Je pourrais faire une liste exhaustif des mst mais je pense que tout le monde avait compris le message
2. ce n'est pas aux vieux singes que l'on apprned à faire la grimace
3. putain moi non plus je n'avais pas vu le jeu de mots du titre !
4. et dire que Nico est en train de s'enquiller des bières avec grenouille et la Rouquine pendant que moi je déblatère ces conneries ...
5. au fait Nico l'excuse de l'appart de la grand mère c'est pas terrible ;)
 

Gorgonzolla 31/03/2007 21:57

Je viens seulement de comprendre le calembour du titre!!
Ouarf!

Articles Récents